fbpx

Tous les articles de “Non classé”

L’échelle de la « blasitude »

A quel niveau vous situez-vous sur mon échelle 
de la "blasitude" professionnelle ? 

A travers mon parcours de transformation professionnelle, je suis passé par plusieurs étapes importantes. Savoir se situer dans notre marge de progression possible permet prise de conscience et évolution. C'est dans ce but que j'ai créé cette infographie. 
Elle a pour but de vous aider à : 

  • Vous permettre de faire un mini bilan
  • Vous fixer un nouvel objectif d'un niveau à atteindre
  • Vous faire sourire un peu en riant de soi 🙂 (ça fait du bien)

Si vous vous retrouvez dans un des niveaux et que ça vous parle, précisez (c'est anonyme) à quel niveau vous vous situez dans les commentaires en fin de cet article. 

Niveau 0 : Encéphalogramme plat
(Etat proche de la mort professionnelle)

Je suis tellement blasé que je n'ai plus d'énergie pour quoi que ce soit. Les raisons peuvent être multiples : je m'ennuie dans mon travail, je suis épuisé car j'ai trop donné ou je me rend compte que mon travail n'a aucun sens. 

Ce niveau est très dangereux car il est comme un sable mouvant dans lequel on s'enfonce progressivement. On n'a plus assez d'énergie pour rebondir (état dépressif ou presque).

De ce fait, le simple fait d'imaginer de changer de voie et de s'épanouir à nouveau nous semble impossible. Evidemment, nos discours sont pessimistes et notre vision du monde négative.

Difficile de trouver un autre emploi dans ces conditions ou obtenir une évolution dans son entreprise. Je dois absolument consulter un psychologue, un coach ou faire un stage pour me booster. L'énergie que je ne peux plus produire moi même je dois l'acheter momentanément chez quelqu'un d'autre. 

Croyance limitante dominante/type de pensées récurrentes : 
Je suis nul ! à quoi bon !
Émotion dominante : Tristesse
Polarité : --

Niveau 1 : Proche de la crise cardiaque professionnelle

Je suis aigri par mon travail. Trop d'injustice, manque de reconnaissances. Je suis en colère. Je passe mon temps à râler, à critiquer mes collègues ou mes supérieurs. Je ne vois aucune issue possible et ma vision du monde est négative.

Le côté positif c'est qu'il me reste encore de l'énergie pour me plaindre. Si je transforme cette énergie en énergie créatrice alors je peux passer au niveau supérieur.  Si je ne passe à l'action je risque de sombrer vers le niveau inférieur car le vie est une pente, si je n'avance pas je recul.

Croyance limitante dominante/type de pensées récurrentes : De toute façon personne ne me comprend et personne ne voit tout ce que je fais. Tous des cons !
Émotions dominantes : Colère, Stress
Polarité : -


Niveau 2 : Neutre (Rythme cardiaque stable)

Je fais mon travail sans trop me poser de questions. Je ne tire pas de satisfactions particulières mais je ne veux pas me faire mal voir ou avoir des problèmes à gérer alors je fais en sorte de faire ce qui doit être fait dans les temps. La petite routine me permet de rembourser mes crédits et mon loyer. J'ai un peu anesthésié mes désirs et mes passions.

Pour moi on ne peut pas s'épanouir au travail. ll faut juste être sérieux et organisé. Si je m'autorise l'épanouissement ça sera dans ma vie privée (famille ou sport).
Croyance limitante dominante/type de pensées récurrentes  : Le travail c'est pas fait pour s'amuser c'est juste un mal nécessaire.  Si je ne passe à l'action je risque de sombrer vers le niveau inférieur car le vie est une pente, si je n'avance pas je recul. 

Émotions dominantes : Neutralité, Peur, Immobilisme
Polarité : 0


Niveau 3 : La prise de conscience (Souvent vers 40 ans)

Bien que je n'ai pas à me plaindre de mon travail, je constate bien qu'il y a un gap entre certaines personnes que je connais et moi. Certaines d'entre elles parlent de leur travail avec des étoiles dans leurs yeux ce qui n'est pas mon cas. Ils semblent bien gagner leur vie et partent en vacances au moins 4 fois par an.

L'idée de changer mon plan professionnel se sème doucement mais la petite graine est rapidement noyée par la peur du changement et le risque que cela représente. L'idée est quasiment morte née. En même temps je me dis que j'ai atteint la moitié de ma vie et je ne suis pas certain de vouloir continuer comme ça jusqu'à la retraite.

J'aimerai plus de temps libre et plus d'argent mais je me résigne à me dire que c'est une utopie. J'éprouve à la fois de l'admiration pour ces autres et un peu de frustrations et d'irritations. Si je ne passe à l'action je risque de sombrer vers le niveau inférieur car le vie est une pente, si je n'avance pas je recul. 

Croyance limitante dominante/Pensée récurrente : Je ne crois pas qu'un autre scénario de vie soit possible. 
Émotions dominantes : Désir naissant, Pointe de jalousie ou d'envie
Polarité : 0+


Niveau 4 : Et pourquoi pas ?

Je me suis renseigné. Je me suis informé. J'ai discuté avec des personnes qui ont démissionné pour essayer de vivre leur vie de rêve. J'ai lu des livres, des blogs et je sais maintenant que cela est possible. Cela me terrifie de passer à l'action MAIS pour la première fois depuis longtemps je commence à me sentir un peu vivant.

Depuis peu mon état d'esprit a changé. Il est passé de "Et si je me mettais en danger, et si je me plantais, et si je regrettais" à "Et si ça marchait, et si j'arrivais à avoir plus de temps de libre pour passer avec les gens que j'aime, plus d'argent pour faire plaisir aux gens que j'aime, voyager, me faire plaisir?". J'ai inversé la polarité et mon énergie commence à se tourner vers le positif. 

Croyance limitante dominante/Pensée récurrente :  Et si c'était une arnaque ? Et si je me faisais avoir ? 
Polarité : +
Émotions dominantes : Espoir, Doute, Un mélange d'émotions contradictoires puisque les modèles établis sont entrain d'être challengés


Niveau 5 : J'agis

J'ai décidé de passer de spectateur à acteur. J'ai effectué plusieurs stages en France et à l'étranger sur les thèmes du freelancing et de l'infopreneuriat. J'y ai appris des méthodes et des stratégies. J'ai trouvé grâce à ces méthodes mon cœur de talents. J'ai trouvé mon marché et j'ai appris des techniques pour trouver mes premiers clients.

Je développe tranquillement mon activité en plus de mon travail salarié. Pour l'instant je bosse plus qu'avant mais les heures que je fais en plus me nourrissent et me procure de l'énergie. J'envisage de faire le grand saut et de démissionner dans quelques mois. 

Croyance limitante dominante/Pensée récurrente :  Et si je me mettais en danger, et si je me plantais, et si je regrettais
Polarité : ++
Émotions dominantes : Excitation, Un peu d'appréhension pour le futur


Niveau 6 : De l'autre côté (c'est fragile) 

Tout d'abord je me sens complètement libéré*. Je sens que je reprend le contrôle sur ma vie et le fait que j'ai commencé à développer mon activité free-lance pendant que j'étais encore salarié me garantit déjà des entrées d'argent. Cela ne suffit pas encore pour vivre mais grâce au dispositif pôle emploi spécifique au free-lance je maintiens mon niveau de vie.

Ce n'est pas tous les jours tout rose. J'ai certain jour de grands doutes qui m'envahissent mais cette flamme ne m'abandonne pas. Je ne suis pas à l'abris de retomber dans les niveaux inférieurs si je ne prend pas garde à mon état d'esprit mais j'augmente chaque jour mes chances de succès et j'avance pas à pas vers la vie de mes rêves. En tout cas, j'ai aujourd'hui beaucoup plus de chances d'y arriver que quand j'étais au niveau 3 par exemple.

*  Quatre cadres sur dix perçoivent la démission "comme risquée". Pourtant, parmi les cadres qui ont déjà démissionné, plus de 80% "constatent un impact positif sur leur niveau de bien-être général", notamment sur leur vie privée, relève Cadremploi dans un communiqué.

Croyance limitante dominante/Pensée récurrente :  Je peux y arriver (certains jours) et d'autres plus rares C'est trop difficile !
Polarité : +++
Émotions dominantes : Enthousiasme (l'angoisse du lundi a disparu), Excitation, Un peu d'appréhension pour le futur


Niveau 7 : De l'autre côté (Le palier)

Durant plus de 2 ans, j'ai mis en application ce que j'ai appris en terme de variation des sources de revenus et de mettre en place des systèmes de revenus passifs.

 Grâce à l'automatisation d'une partie de mon activité free-lance, la vente de mes e-books, les places de parking et les 2 appartements que j'ai pu acheter sans apport grâce aux techniques auxquelles je me suis formé, je génère automatiquement un revenu mensuel qui me met à l'abri de tout danger.

J'ai atteint mon objectif d'avoir du temps de libre (je travaille environ 30 heures par semaine et je pars 3 fois en vacances par an) et je perçois un revenu mensuel de 5000€/mois.

Croyance limitante dominante/Pensée récurrente : Au niveau professionnel y'en  a plus beaucoup 😉 mais il reste du boulot au niveau perso. 
Émotion : Sérénité, Fierté, Satisfaction, Enthousiasme
Polarité : ++++

Niveau 8,9 et 10 (prochains niveaux à atteindre)

Je n'ai pas encore atteint le niveau de certains infopreneurs en terme de revenus. Si je me met en route vers ces niveaux je dois m'assurer que cela est toujours au niveau du cœur et dans le but premier de servir et apporter de la valeur.  

Si ma priorité devient l'argent pour l'argent le risque sera de devenir malheureux. La priorité doit être le fun, l'amusement. Une fois qu'on a compris les règles du jeu, il faut prendre plaisir en ne perdant pas les priorités de la vie pour moi la famille, les amis et la nature.

Mon histoire en 3 étapes

Pendant des années je me suis senti prisonnier dans un emploi salarié dans lequel je restais uniquement pour la sécurité de la rémunération mensuelle que je recevais. 

Mes peurs, l’angoisse de me retrouver sans revenu et de ne plus pouvoir subvenir à mes besoins et ceux de ma famille me paralysaient. Cet écart entre la vie que je rêvais d’avoir et celle que j’avais, créé en moi une frustration qui me tuait jour après jour.

Je savais que je voulais une autre vie mais je ne savais pas comment m’y prendre.

Je ne savais pas que tout comme des millions d’individus sur cette planète, je suivais un plan inconscient auquel j’avais été formaté dès l’enfance : contracte un CDI pour avoir la sécurité, devient propriétaire et profite quand tu seras à la retraite. Attention je ne dis pas qu’on ne peut pas être épanoui en tant que salarié. Mais si vous voulez un jour être libre de votre temps, choisir d’où vous travaillez, et ce avant la retraite alors la salariat ne le permet pas.

Je pensais un jour y arriver tout seul mais les années passaient et rien ne changer. J’étais toujours salarié. 

Etape 1 : Commencer à nourrir l’idée qu’un autre plan existe. 

A force de chercher des voies alternatives, je découvrais alors pour la première fois grâce à internet des expressions inconnues : plan intérieur financier, autonomie financière, liberté financière …. Qu’est-ce que c’était que cela ? Les auteurs définissaient l’autonomie financière par la capacité de créer des revenus passifs c’est à dire des entrées d’argent sans que l’on ait besoin de travailler.

Cela venait ébranler toutes mes valeurs. Je me disais aussitôt c’est pour les feignasses en fait. Sauf qu’à l’époque je ne savais pas qu’il fallait travailler 10 fois plus que tout le monde pour y arriver. J’étais face à un choix : soit continuer ma petite vie pépère de salarié dans laquelle je gâchais près de 70% de mon temps actif à faire quelque chose que je n’aimais pas vraiment ou m’arracher pour essayer de vivre une vie plus proche de mes rêves.

Ma définition de vie de rêve (qui est différente pour tout un chacun) était juste de pouvoir travailler de chez moi, dans ma maison en pleine nature avec ma femme et mes enfants en ayant du temps de libre pour jouer avec eux et partager des moments de qualité ainsi que voyager tous ensemble régulièrement.

J’ai fait le second choix mais un combat infernal commença dans mon cerveau. Ah oui je dois préciser qu’à l’époque j’étais divorcé donc loin de mon rêve puisque plus de femme et loin de ma fille. J’ai donc dû affronter les briseurs de rêve qui me disaient que j’étais dans l’utopie la plus totale plus mes propres démons intérieurs qui m'assaillaient de doutes, de peurs et de regrets. 

Ça a duré environ 3 ans avant que je fasse un premier saut.

Etape 2 : de l’autre côté de la barrière - 1er essai

Février 2016 : Rupture à l’amiable avec mon employeur. J’avais commencé à donner quelques cours de méditation dans une salle de sport mais je n’avais aucune idée ni méthode de comment arriver à vivre de cette activité. Je souhaitais également devenir thérapeuthe et je m’étais offert une formation à 4000 euros où le gras me promettaient une affluence de clients (j’attend toujours … LOL). Faire toujours attention aux offres trop alléchantes mais ça me servira de leçon. Enfin presque vous verrez (je suis long à apprendre).

Je me forme également à une autre thérapie énergétique et là mon activité commence à décoller. De plus en cours de méditation. Je me met à organiser des stages et commence à exercer en tant que thérapeute. (Toujours pas de méthode) Je fais un peu tout au feeling et ça me réussit.

 Puis je décide de passer à la vitesse supérieure et là je commet une erreur fatale. Je me désaligne de mes valeurs. C’est à dire que mon but premier n’est plus la passion c’est à dire le cœur, mais l’argent et donc la tête (ENOOOOORME ERREUR !!! j’y reviendrai plus tard). Je me paie pour 12 000 euros de formation pour apprendre à développer un esprit millionnaire, en plus je fais appel à un consultant pour 7000 euros et là …. MDR plus rien ne fonctionne !!!! Je m’endette et je dois reprendre un job de salarié. Je met un an pour tout rembourser. 

Le 13 mai j’ai démissionné.

Etape 3 : La maturité du projet

Je comprend un peu tard que l’erreur que j’ai commise a été d’être infidèle à mes valeurs les plus profondes. Mais la vie est bien faite et elle m’a ramené à l’essentiel.

J’aime bien l’idée de dire que quand on se perd il faut retourner au point où on a perdu son chemin. Et bien la vie s’en est chargée pour moi.

Mais toutes ses expériences n’avaient pas été inutiles. Elles m’ont appris aux prix chers (23 000 euros si vous faites le calcul) qu’il ne faut jamais sortir du cœur. Mais elles m’ont aussi fortifié et j’ai pu aussi rencontrer des dizaines de personnes qui vivaient super biens en tant que free-lance et certains avaient réussi à développer des activités qui généraient automatiquement des revenus (j’y reviendrai plus tard). J’ai aussi appris des méthodes, des stratégies mais si la règle n°1 n’est pas appliquée ça ne fonctionne pas

Grâce à tous les efforts que j’avais fait pour quitter mon premier job j’avais déjà dépassé beaucoup de mes peurs. Si bien que dès que j’ai pu rembourser mes dettes j’ai démissionné. Là on m’a vraiment traité de fou car je n’avais rien derrière, pas de jobs salariés, pas de revenus free-lances non plu … Mais j’étais convaincu que ça allait marcher.

“Cœur et méthode font plus que force ni que rage”

Que la force de réaliser vos rêves soit avec vous !

>