fbpx

Deux qualités primordiales pour apprendre à méditer

L’harmonie est quelque chose qui se construit jour après jour. Pour cela, il faut développer capacité d’observations, vigilance vis à vis de chacune de nos pensées et de nos actions, humilité et remise en questions. Toute négligence de détails peut avec le temps créer dans nos vies beaucoup de chaos.

 La méditation m’a appris cela. J’entraine chaque jour mon esprit à devenir plus résilient, plus vigilant, plus attentif aux besoins des autres et plus conscient des pensées et des émotions qui le traversent. J’ai appris à accepter ce qui ne peut être changé et à oeuvrer à transformer ce qui doit l’être. 

La vertu n°1 : La patience

Sans celle ci tout le reste du travail n’est pas possible.

C’est pour cela qu’au début, nous devons nous efforcer à renforcer cette qualité de l’esprit.

 Dans une société regorgeante de divertissements, l’esprit n’est plus entraîné à la patience. Nous nous plaignons des enfants qui ne peuvent pas se concentrer, mais nous leur donnons le mauvais exemple car nous sommes aussi des enfants capricieux zappant d’activités à activités, de projets à projets, de personnes à personnes comme si nous changeons de programme télé.

 Or s’il fait sens de zapper rapidement d’un divertissement superficiel à un autre, quand nous rencontrons des disciplines qui peuvent transformer nos vies : il faut faire preuve de patience. Mais si cette qualité de l’esprit n’a pas été entraînée alors nous essaierons cette discipline quelques jours ou semaines puis nous la jetterons comme tout ce que nous faisons.

C’est pour cela qu’il est fondamental de développer sa patience pour bénéficier des bienfaits de la méditation.

Nous surestimons les changements qui peuvent s’effectuer dans notre vie en un an mais nous sous estimons ce qu’il est capable de réaliser en 10 ans.  


La vertu n°2 : La tolérance et l’indulgence 

Étroitement relié à la première, la tolérance est tout aussi importante car elle va venir renforcer la patience. Une grande partie de nos inconforts intérieurs viennent du fait que nous manquons de tolérance vis à vis de nous-même et vis à vis des autres.

Plus l’esprit est rigide, plus il est blessant (pour soi comme pour les autres). Vouloir aller plus vite que  les autres en méditation, ou bénéficier des bienfaits que des pratiquants ressentent aujourd’hui suite à leurs efforts constants durant des années ne peut que créer que plus de frustrations à l’intérieur de vous et vous détourner de la voie.

 C’est d’ailleurs cette dureté intérieure qui vous amène aujourd’hui ici. Et c’est là où c’est difficile car plus vous avez besoin d’assouplir votre esprit moins c’est facile pour vous de méditer. Cependant, entraîner votre esprit à devenir plus tolérant va créer un espace intérieur de liberté et de sérénité.

En vous entraînant à assouplir votre dureté intérieure vous allez éviter les claquages comme un sportif le fait en s’étirant régulièrement. C’est donc avec un état d’esprit de convivialité et de bienveillance vis à vis de nous même que nous devons aborder une méditation. Je suis conscient que comme tous les êtres humaines j’ai donné de mauvaises habitudes à mon esprit.

Certaines remontent à mon enfance. Chaque jour désormais que je vais passer à méditer va renforcer mes qualités et gommer mes mauvaises habitudes. Cela ne va pas opérer du jour au lendemain.

Si j’essaie de redresser un arbre qui aurait poussé de travers d’un coup je le casse. Je ne suis pas là pour briser mon esprit. Je suis là pour prendre soin de moi. Je me donne tout le temps qu’il sera nécessaire.

à propos de Stéphane Cozzo

Thérapeute et neuroscientifique, c’est dès son plus jeune âge que Stéphane s’est mis en quête de plus de paix intérieure. Ayant été exposé à beaucoup de stress il était vital pour lui de trouver une solution à ses maux. Avec un esprit ouvert, il a parcouru le monde pour rencontrer toutes sortes de spiritualité avant de décider de poser ses bagages dans un monastère bouddhiste il y a quelques années. Les techniques qui lui ont été enseignées lui ont littéralement, dit-il, sauvé la vie.

>