fbpx

La nouvelle économie et la fin des écoles de commerce

Les bouleversements du monde du travail s’opèrent sur tous les plans : nouvelle donne technologique, intelligence artificielle, flexibilité des métiers... L’impact humain est considérable, tant au niveau des compétences que de l’implication. Une enquête Gallup révèle que 23% des salariés se sentent activement désengagés et 65 % non engagés dans leurs entreprises.

DANS 15 ANS
47% DES MÉTIERS
ACTUELS AURONT MUTE*

*C.B Frey & M.A Osborne, 2013, Oxford University Programme on the impacts of Future Technology

Ayant travaillé pendant de nombreuses années dans l'enseignement supérieur, j'ai eu la chance de pouvoir accéder aux publications des plus grands chercheurs mondiaux et l'appel est unanime le monde tel que l'on a connu est terminé

C'est un nouveau monde qui s'offre à nous fait de nouveaux modes de vies plus conscients (alimentation, écologie, sport, qualité de vie) et une nouvelle économie

Comme dans toute phase de changement, il y a les "early-adopters" (ceux qui ont anticipé le vent qui tournait) et les autres qui n'ont rien vu venir. 

Les critères de réussite professionnelles du passé sont dépassés. Aujourd'hui, la question du bonheur au travail est vraiment remise en question et de nouveaux modèles émergent. 

Ce qui était une utopie il y quelques années est entrain de devenir une réalité. 

Cette utopie était qu'il était impossible de faire un job qu'on adore, tout en ayant du temps de libre et en gagnant très bien sa vie.

Or, ces deux dernières années il y a eu plus de nouveaux millionnaires en France que lors de tout le siècle dernier. Pourquoi ? Car l'économie a changé et les valeurs qui permettent de réussir ont été aussi transformées. Ce n'est plus le plus fort qui gagne mais celui qui sait s'adapter C. Darwin. 

Une majorité de ces nouveaux millionnaires sont issus du freelancing ou de l'infopreneuriat. Jusqu'à aujourd'hui seulement 1% de la population française fait parti de ce cercle. Mais un vrai mouvement s'est enclenché en France et dans le monde. De plus en plus de salariés envisagent de cesser leur job routinier pour se lancer dans l'aventure du freelancing, de l’entrepreneuriat et de l'infopreneuriat. 

Comment cette révolution est-elle possible ?

La réponse comme toute révolution économique ou industrielle est l'accès à la connaissance. Celui qui a accès à la connaissance a accès au pouvoir. C'est pour cela que pendant des siècles les institutions de pouvoirs comme l'église par exemple gardaient un grande nombre de connaissances soigneusement cachées dans leurs bibliothèques. Plus tard, d'autres institutions comme les grandes écoles de commerce réservaient la connaissance à une certaine classe sociale avec des frais de scolarité s'élevant de 40 000 euros à plus de 100 000 euros pour par exemple un Executive MBA chez INSEAD. 

Au delà du prestige de la marque et de la qualité des connaissances enseignées, vous achetez dans ce prix un accès à la communauté des anciens élèves ce qui représentent un réseau mondial de plusieurs dizaines de milliers de personnes à des postes clés d'entreprises. 

Est-ce que c'est un mauvais investissement ? Je ne pense pas.  Vous risquez de trouver un job avec un bon salaire (entre 5 000 et 10 000€ net/mois). Vous rembourserez donc votre investissement en 1 ou 2 ans. Bon ça c'était à la belle époque. La réalité est toute autre. Le marché du travail traditionnel est saturé et en crise. Les modèles économiques classiques s'essoufflent et la nouvelle économie à le vent en poupe.  S'investir corps et âmes dans son entreprise a pu payer dans le passé mais aujourd'hui vous risquez simplement d'y perdre votre santé. Existe-t-il un autre plan que celui de toucher un salaire toute sa vie pour rembourse son prêt en attendant la retraite ? La réponse est oui mais vous ne l’apprendrez surement pas à l'école primaire, ni au collège, ni au lycée, ni en université, ni en école de commerce. 

Qu'est-ce que la nouvelle économie ?

C'est ce tissu de freelance, d'infopreneurs et entrepreneurs, majoritairement des anciens salariés,  qui à un moment de leur carrière ont refusé de travailler dans des organisations qui contribuaient à ruiner notre planète. Comme disait Coluche, il suffirait qu'on achète pas des conneries pour qu'ils arrêtent d'en faire. Mais on peut dire aussi, si on ne trouve plus d'employés pour fabriquer des produits toxiques ou non éthiques alors les choses vont changer et à vrai dire elles changent déjà. Je discuttais de cela il y a quelques semaines avec François Lemarchand, Fondateur de Pierimport et de Nature&Découverte. Il me disait à quel point les salariés sont de plus en plus regardant sur l'impact écologique et éthiques des sociétés. C'est d'ailleurs un vrai casse-tête actuel pour les directeurs des ressources humaines qui peinent à recruter les jeunes talents car la notion de carrière classique, de réputation sociale, de voitures de fonctions et autres avantages ne suffisent plus pour les séduire et ce n'est pas en mettant un baby-foot dans l'open-space que cela va changer.

Ce mouvement, composé, vous l'aurez compris, par la jeune génération mais pas seulement, est en train de faire bouger les lignes sérieusement. La nouvelle économie c'est ça ! Une économie consciente, éthique, écologique, respectueuse du droit humain, non obsédée par le culte de la performance (et paradoxalement elle est très performante !)

C'est donc dans cette économie que j'ai décidé d'évoluer il y a quelques années. 

Pourquoi j'annonce la fin des grandes écoles de commerce ?

Tout d'abord, parce que je connais très bien ce secteur pour y avoir travailler plus de 15 ans. Je connais l'envers du décors ! 

Et là écoutez bien ce que je vous dis ! Rien n'est enseigné aujourd'hui qui concerne la nouvelle économie. Tout le corps professoral, le management évoluent dans des anciens modèles accrochés au pouvoir et aux anciens modes de fonctionnement. Ils aimeraient pouvoir se réinventer mais malheureusement l'administration française ne leur en donne pas les moyens. Ils sont prisonniers d'un système dont ils ne peuvent pas sortir. 

Pendant ce temps, une quantité astronomique de connaissances est ajoutée tous les jours sur Internet. Il est possible de se former sur toute chose. Il est possible de tout apprendre. 

Ce qui peut manquer c'est un plan, un méthode et de la motivation mais c'est là où les infopreneurs arrivent. Ils vous proposent d'acquérir des compétences dans différents domaines qui vous permettront d'entrer dans la nouvelle économie et ce, non pas pour 40 000 euros ou 100 000 euros mais pour des coûts complètement raisonnables et abordables vous permettant des retours sur investissement très rapides. 

Pour pas que cela vous paraisse trop abstrait je vais vous donner un exemple de comment on peut vivre dans la nouvelle économie. Imaginez que vous ayez une connaissance spécifique, une compétence singulière. Je pense ici à Cédric Anicette qui  est entrée dans la nouvelle économie grâce à son blog et en achetant des parkings. Comme il faisait des bons investissements (en étant de parti de rien), ces amis lui ont dit mais pourquoi tu écris un guide pour apprendre aux gens à acheter une bonne place de parking rentable en locations, de préciser quels sont les pièges à éviter etc .... Il a fait un e-book en vente sur Internet. L'avantage d'internet c'est que l'on vend 24h/24, 7j/7 365j/365. Résultat des courses une belle entrée d'argent récurrente depuis plusieurs années. D'autres ont crée des e-books sur la maternité, la cuisine, le bricolage, des guides de vacances ...là où il y a passion il y a source de revenu potentiel. 

Les possibilités sont infinies : vidéos YouTube de cours de musique, de cuisine, de couture, de décos .... Oui il y a une femme aux Etats-unis que est devenue multi-millionnaire en donnant des cours des tricots sur Internet. Elle s'appelle Kristen McDonnell. Elle a plus de 191 336 abonnés sur sa chaîne YouTube et elle vend des cours en ligne. 

Ne vous méprenez pas ici. Il ne s'agit pas de se mettre au tricot pour devenir millionnaire car la clé c'est la passion. Par contre, il n'a jamais été aussi facile de rendre sa passion rentable. C'est là le nouveau paradigme. Alors que pendant dans années on a opposé plaisir et travail, fun et rentabilité, la nouvelle économie propose le contraire. Plus vous êtes passionné parce que vous faites plus vous avez de chances de générer des revenus. 

La nouvelle équation c'est : passion + éthique + création de valeur = BIG MONEY

Cela vient nous challenger dans nos croyances car souvent l'argent était associé à la triche, à la manipulation, à l'agressivité et un florilège de valeurs pas très belles. 

Pour réussir dans la nouvelle économie qui est complètement transparente , il faut donc être honnête, généreux, passionné et créer beaucoup de valeur - cela veut dire permettre aux gens de résoudre des problèmes qu'ils n'avaient pas à résoudre tout seul (j'y consacrerai plusieurs articles car il est capital dans la nouvelle économie de comprendre comment on créé de la valeur) 


à propos de Stéphane Cozzo

Malgré plus de 10 ans passés à enseigner le marketing, j'ai connu une période de difficulté à trouver des clients quand je suis devenu thérapeute. J'ai énormément souffert de ne pas réussir à gagner suffisamment d'argent alors que j'adorai ce que je faisais ( et j'ai failli tout arrêter). Mais j'ai découvert qu'en fait je n'utilisai pas le bon système marketing pour ma nouvelle activité. Face aux grands résultats que j'ai pu obtenir (salaire à 5 chiffres) j'ai eu l'idée de partager mon système auprès des coachs, thérapeutes et consultantes qui ne vivent pas encore pleinement de leur activité.

>